Mouratoglou: "J'ai la chance de vivre ma passion" – Docu -Méthode pour élever un chien|Concepts d’éducation canine|Dresser son chien en douceur|Dresser efficacement son chien

4.6 (87%) 20 votes

Techniques d’élevage pour chien


Dresser votre chien va encore plus loin que lui enseigner à s’asseoir ou à donner la patte. C’est tout un monde de techniques ! l’élevage du chien se résume à lui faire changer petit à petit son comportement pour enlever les réactions indésirables et promouvoir les bonnes attitudes. Dans de nombreux cas, vous pouvez le payer nous-même, bien que les experts en éducation soient toujours disponibles, si votre chien se révèle plus délicat à dresser. Et si vous êtes à la recherche de conseils sur la manière de dresser votre chien, ou tout simplement si vous sollicitez votre vétérinaire à ce sujet, vous verrez qu’il est essentiel de se renseigner sur les aspects théoriques qui sont derrière chaque méthode. il existe de multiples techniques de dressage de chiens, et les connaître peut vous aider à choisir si vous voulez encadrer l’éducation de votre chien dans une plus spécialement ou au travers d’un mélange de utiles.il y a aujourd’hui 2 écoles en terme d’éducation canine et ce aussi bien chez les comportementalistes que chez les éducateurs pour chien. La première ( dite classique ) se base sur d’anciennes théories selon lesquelles le chien essaie de dominer son dresseur. Par exemple, le chien qui saute, le chien qui vient voulez profiter des caresses, qui met la patte sur votre genou, qui ne veut pas donner un os ou son jouet, chercherait constamment à grimper dans la hiérarchie. Il est, selon cette première groupe scolaire, important de montrer qui est le chef et de dominer l’animal. Les partisans de cette méthode, vont, dès lors, gérer leur programme d’éducation autour de ce idée hiérarchique ( manger avant le chien, réaliser des exercices de demande, le mettre sur le dos, proscrire l’accès aux fauteuils, etc ). La seconde école ( dite nouvelle ou systémique ) à laquelle, aujourd’hui, nous adhérons complètement, a démontré que les anciennes études étaient basées sur des observations erronées. Des recherches plus récentes démontrent qu’il n’y a pas de lien de prédominance entre 2 espèces différentes. le chien est un animal social avec des pixels dans certains cas très divers des nôtres. La méconnaissance de ces codes est source d’incompréhension réciproque. le chien cherche surtout la sécurité et à s’intégrer dans la mobile de famille. Certaines techniques de communication spécifique, permettent de créer une relation basée sur la collaboration et la confiance.Les mauvaises surprises quant au moment où un bébé chien doit suivre un dressage formel ont changé pour tenir compte des périodes critiques de socialisation du chien. Les conseils traditionnels suggéraient d’attendre qu’un bébé chien reçoive une série intégrale de vaccins, mais on contient dorénavant que le risque de sous-socialisation durant cette importante période de développement gagne de loin sur le risque de maladie éventuelle. Selon l’American Veterinary Society of Animal Behavior, les chiens peuvent débuter les cours de socialisation dès l’âge de sept à 8 semaines. Les chiots devraient recevoir au moins une série de vaccins au minimum sept jours avant le premier cours et un premier vermifuge et devraient être maintenus à jour vis-à-vis des vaccins.par ailleurs en plus d’études récentes prouvent que le renforcement concret des chiens est beaucoup plus infaillible et, finalement, plus fructueux que le éducation impliquant la domination et la punition. Certaines de ces études ont même démontré que la formation impliquant une punition créait en fait d’autres manières questions – sûrement un rendu qu’aucun gardien de chien n’a délibérément cherché à atteindre. Une étude intitulée ‘ De l’importance de la cohérence dans la formation des chiens ‘ a été faite à l’Université de Southampton au Royaume-Uni et à l’Université des sciences de la vie en Norvège. Il a été proposé dans le Journal of Veterinary Behavior : Applications cliniques et recherche en mai 2007. Le but de l’étude était de déterminer si la punition était un outil vecteur de risque pour les attitudes problématiques, et l’effet combiné sur discipline et les manières questions spécifiques de la rétribution, de la punition, des attitudes et de la structure des règles. La structure des règles est définie comme la permissivité par rapport à la rigueur et la cohérence dans la réalisation des règles. L’étude a montré que la punition est en corrélation négative avec l’obéissance et positive avec les problèmes d’entraînement. La structure des règles, y compris la constance des propriétaires, était associée à des type plus élevés d’obéissance et à moins de problèmes d’entraînement. Dans une autre étude menée à l’Université de Bristol au Royaume-Uni et publiée dans le Journal of Veterinary Behavior de septembre-octobre 2008 : Applications cliniques et recherche, les retombées suggèrent que les chiens dressés uniquement avec un renforcement positif présentaient moins de comportements questions. de plus, les chiens dont le propriétaire a eu recours à la punition à l’entraînement étaient beaucoup plus susceptibles de montrer une réaction de peur aux autres chiens.pensez qu’un chien reste un animal et qu’il peut avoir des critiques inattendues voire même menaçantes dans certaines situations. Il est par conséquent fondamental de pouvoir le maîtriser. Si vous avez des enfants par exemple ou si vous vous promenez dans un lieu public, être compétente pour maîtriser son chien est essentiel.Le clicker training est la méthode la plus connue du moment. Les éducateurs canins la considèrent comme la plus ouverte à tous à la fois pour le possesseur et l’animal. Cette méthode d’instruction consiste en l’utilisation d’une langue métallique. Celle-ci génère un clic chaque fois qu’elle est manipulée. Ce bruit rétribution les bonnes actions du chien. Pour que la technique soit efficiente, elle doit être complétée d’une rétribution physique. La récompense peut être alimentaire ou agréable. Cependant, le but reste toutefois de la supprimer sur le long terme. La technique du clicker paraît récolter l’accréditation des éducateurs spécialisés et des propriétaires. néanmoins, elle se doit d’être utilisée avec prudence chez les très jeunes chiens et les chiens qui ont l’ouïe sensible.Si vous n’avez pas encore appris à votre chien à vous ignorer mais qu’il ne fait pas pour autant ce que vous retardez de lui, vous avez sûrement un soucis de communication. Si votre chien ne réagit pas à vos ordres, il y a de fortes chances qu’il ne comprenne pas un mot de ce que vous lui dîtes. Souvenez-vous que vos directives doivent être simple, exprimés de manière clair et précise. Choisissez des exercices simples pour commencer. En cas de blocage sur un mouvement, passez à quelque chose de plus simple et revenez y plus tard. Souvenez-vous aussi que toutes les personnes en contact avec votre chien doivent utiliser le même lexique pour ne pas le perturber.une fois que votre chien a maîtrisé toutes les bases, vous pouvez prévoir de passer à un niveau plus avancé. Ces ateliers aideront votre chien à rester en bonne santé, en forme et stimulé mentalement. de plus, ils vous serviront à renforcer le lien que vous partagez avec votre compagnon animalière. Rappelez-vous que la formation est un process continu. Vous ne serez jamais complètement complet. on vous conseille de continuer à bosser sur l’entraînement d’obéissance tout au long de la vie de votre chien. Les personnes qui apprennent une langue à un jeune âge mais qui cessent de la parler s’hasardent de l’oublier en grandissant. Il en va de même pour votre chien : utilisez-le ou perdez-le. Courir à travers les news et les ordres les plus élémentaires les aidera à rester frais dans l’esprit de votre chien. de plus, c’est une excellente façon de passer du temps avec votre chien.